Peinture décorative

Les techniques traditionnelles du décor peint offrent un large vocabulaire. Elles peuvent être utilisées littéralement, pour réaliser des oeuvres en raccord de style pour une époque donnée, ou être réinterprétées pour des créations contemporaines. Petit lexique non exhaustif :

De la simple fausse moulure à la construction élaborée d’architectures en perspective, le trompe-l’oeil donne l’illusion du volume à des éléments peints en deux dimensions.

La grotesque est un genre décoratif fortement teinté d’onirisme, entremêlant figures fantastiques, architectures imaginaires et éléments végétaux sur des structures aériennes en candélabres. Remontant à l’antiquité romaine et redécouvert à la fin du XVe siècle, cette typologie de décors a été très en vogue de la Renaissance au XIXe siècle, et diversement réinterprétée en fonction des époques.

La grisaille est un décor réalisé en nuances de gris ou en demi-teintes (on parle alors de camaïeu) permettant d’imiter le bas relief (de pierre, bronze, marbre...).

Les fausses matières donnent l’illusion du bois, du marbre, de la pierre...