#embellirparis - Projet pour le boulevard Raspail

Artist-es, philosoph-es et penseurs

La proposition de décor pour les murs du 96-106 boulevard Raspail et de l’angle boulevard Raspail - rue du Montparnasse prend sa source dans l’histoire intellectuelle et artistique du quartier, et se propose, sur un mur d’enceinte renfermant des bâtiments universitaires, d’évoquer, par bribes, la pen- sée d’artistes ou d’intellectuels ayant marqué la vie du quartier.

Ce décor mural se veut promenade, esquisse, support à la re- flexion et la rêverie, par le choix de citations devenues aphorismes par l’absence de
contexte. Il est pensé dans des tons de terre, afin de s’harmoniser avec l’environnement végétal de la promenade qui lui fait face, ainsi qu’avec la façade recouverte de végé- tation qui sépare les deux murs supports de l’intervention. Les décors végétaux bleus présents sur le fonds du décor prévu pour le mur du boulevard Raspail permettent de renforcer cette intégration peinture / végé- tal, et peuvent être poursuivis sur les soubas- sements de la façade couverte de lierre.

Mur d’angle bd Raspail - rue du Montparnasse
Le décor proposé pour ce mur est centré sur le couple formé par Camille Claudel, dont l’atelier se trouvait à proximité, rue Notre Dame des Champs, et Auguste Rodin, dont le Balzac se trouve un peu plus loin sur le boulevard. Il se compose de trois cases renfermant des trompe-l’œil en grisaille, et fait écho par le traitement et la chromie au couple formé par Sartre et Beauvoir représenté sur le mur du boulevard Raspail. Les plans rapprochés sur les regards, ainsi que les bulles contenant les citations font, quant à eux, le lien avec le parti-pris graphique général du mur du boulevard Raspail.

Mur du boulevard Raspail
Ce décor s’axe quant à lui sur les sciences humaines - histoire, sociologie, ethnologie, philosophie - en s’intéressant plus particulièrement aux figures marquantes de l’EHESS. Ils sont esquissés au trait - à grandes lignes - tout comme leur oeuvre, condensée dans la citation-aphorisme.
Une partie “centrale” est réservée au couple Sarte- Beauvoir, qui ont fréquenté et évoqué dans leurs œuvres le café du Dôme tout proche. Elle sera traitée selon le même parti-pris décoratif que la façade d’angle (trompe l’oeil en camaieu). Cette partie est encadrée de deux statues en trompe l’oeil bleues, en clin d’oeil à Yves Klein qui anima le quartier avec ses cours de judo sur la terrasse de la Coupole.

Sont évoqués :
André Malraux, Pierre Bourdieu, Jean-Pierre Vernant, Claude Levi-Strauss, Jacques Derrida, Milan Kundera, Pierre Vidal-Naquet, Pierre Nora.